Comment le CERN attire-t-il les femmes vers la science ?


Sophie Baron, scientifique du CERN, explique l’intérêt des carrières scientifiques aux élèves de l’école de Crozet (France). (Image : Maximilien Brice/CERN)

 

En physique, comme dans beaucoup d’autres disciplines scientifiques, il y a souvent un immense écart entre la proportion d’hommes et de femmes. La communauté du CERN compte seulement 20 % de femmes, et le CERN souhaite agir pour améliorer ce chiffre. Afin d’encourager et de motiver plus de femmes à opter pour une carrière scientifique, et plus particulièrement en physique, le CERN organise des actions dans le cadre du Gender in Physics Day ainsi que de la Journée internationale des femmes et filles en science.

La semaine passée, des chercheuses du CERN se sont rendues dans des écoles de la région pour tenter d’inciter des jeunes filles à devenir la prochaine génération de femmes scientifiques.

C’est ainsi que 35 physiciennes, ingénieures et informaticiennes du CERN passionnées par le monde de la science sont allées à la rencontre des élèves.Les chercheuses ont d’abord présenté le CERN aux élèves, puis elles ont parlé de leur travail au quotidien et de la manière dont elles ont rejoint cette grande communauté. Et, surtout, elles ont raconté ce qui les avait amenées à s’intéresser à cette discipline.

« J’avais envie de participer à ce programme ; j’ai une petite fille de sept ans, ma sœur travaille dans l’enseignement, et moi-même, j’aime le contact avec les enfants, explique Marta Bajko, chercheuse au CERN. Personnellement, j’aime beaucoup parler de science, et j’espère pouvoir capter l’attention des élèves. J’ai eu la chance, enfant, d’être encouragée par ma mère à choisir une carrière scientifique. Maintenant c’est mon tour de jouer ce rôle. »

Pour célébrer la Journée internationale des femmes et filles en science, certaines des intervenantes ont aussi évoqué leur propre expérience et livré leur opinion sur la place accordée aux femmes dans leur discipline. Lisez la série d'articles à cette adresse

Par ailleurs, le 27 janvier 2017, une centaine de personnes ont participé à la quatrième édition du projet Gender in Physics Day. Le CERN coorganisait la manifestation avec l’ESO et Nordforsk, dans le cadre du projet GENERA (Gender Equality Networks in the ERA). La journée a été bien remplie et interactive, avec toute une palette de conférences et d’interventions intégrant des éléments personnels, une table ronde, et des ateliers sur la promotion de l’égalité des genres et sur la création de réseaux solides dans le domaine de la physique.

La Directrice générale du CERN, le Directeur général de l’ESO et un représentant de Nordforsk ont ouvert la manifestation, à laquelle ont assisté des directeurs et des membres d’autres organisations de l’EIRO et de divers instituts et projets.

Geneviève Guinot, qui dirige le programme Diversité au CERN et a joué un rôle moteur dans l’organisation de la manifestation, a partagé ses impressions sur cette journée : « Nous sommes très fiers que la manifestation ait réuni autant d’instituts et d’organisations, qui font face aux mêmes difficultés dans des contextes différents. Les participants nous ont fait savoir que la manifestation avait été source d’inspiration et leur avait fourni une occasion précieuse de développer leur réseau et d’échanger des idées. Le CERN est apparu comme un modèle de collaboration dans le domaine de l’égalité des genres. »

 

You are here